ASSOCIATION DES HOMMES D'AFFAIRES DU PLEIN ÉVANGILE

 

UN ACCIDENT FATAL POUR UN ENFANT QUI MÈNE

AU MINISTÈRE DE LA CHANSON À VIE

 

Le 10 juillet 1946 fut l’un des jours les plus excitants de la vie de ce petit garçon. Le jeune homme de douze ans allait à son premier Stampede de CALGARY. La tension monta alors qu'il s'approchait de la porte et entendait les sons de la musique country. Il était tellement submergé par le spectacle éblouissant qu'il a commencé à devancer son groupe. Son frère aîné, Paul, rit en se rappelant le frisson de sa première fois. L’un d’eux ne savait pas qu’il y avait un ivrogne au volant d’une camionnette qui déviait hors de contrôle directement sur le chemin du petit garçon. Paul a regardé avec horreur que son frère était jeté au sol et écrasé par le camion à deux roues. Les spectateurs ont couru frénétiquement aux côtés du garçon. Mais un coup d'œil à son bassin écrasé et à ses blessures abdominales fit que la plupart d'entre eux secouèrent la tête. Comment a-t-il pu survivre à un camion de deux tonnes qui a laissé son bassin cassé, son rectum déchiré et a drainé presque chaque once de sang de son petit corps? Le garçon a perdu six litres de sang, une situation dont la plupart des adultes ne se remettraient jamais. Pourtant, malgré ses graves blessures, ce jeune homme n'a jamais perdu connaissance. Il n'a jamais perdu sa voix. Il n'a jamais perdu sa foi. Comme il gisait sans vie dans une mare de sang, il cria. "Oh Seigneur, ne me laisse pas mourir. Si tu épargnes ma vie et me laisse vivre, je chanterai pour toi le reste de la vie."

 

Personne ne doutait des intentions ou de la foi du garçon. Il a commis sa dévotion au Christ comme Sauveur il y a longtemps quand il a commencé à chanter à quatre ans. En fait, sa mère disait toujours: "Tu es comme ma machine à coudre, une chanteuse." Mais l'establishment médical ne partageait pas sa croyance aux miracles. Après avoir été transporté d'urgence à l'hôpital général de Calgary et que ses parents ont été contactés à leur ferme - située à Carstairs, en Alberta - le Dr Townsend a présenté le sombre pronostic. Le spécialiste des os a écarté sa mère et son père pour leur dire que leur petit garçon ne vivrait probablement pas un autre jour. Si les parents autorisaient une colostomie, le jeune garçon pourrait avoir 50-50 chances de survie, mais ne mènerait jamais une vie normale. Le garçon a été opéré et s'est réveillé le matin à plat sur le dos avec ses parents à ses côtés. Une combinaison de la douleur intense émanant de son dos et de son côté et de la vue de son père en pleurs renforça la gravité de son état. Pourtant, il s'accrochait à sa foi et à la promesse qu'il avait faite à Dieu. Sa mère a offert son soutien en organisant une veillée à l'hôpital tous les jours pendant les six prochains mois.

 

Tout au long de son rétablissement, le jeune homme de 12 ans a été confronté à deux opinions contradictoires sur son avenir. Les médecins, qui étaient étonnés qu'il ait vécu l'opération, ont prédit qu'il ne pourrait jamais vivre une vie normale car il aurait toujours besoin de moyens artificiels pour débarrasser son corps des déchets. Mais le révérend Frank Kosick d'une église du centre-ville de Calgary s'est rangé du côté de la foi du garçon et de ses parents. Chaque jour pendant trois semaines, le pasteur est venu à son chevet pour prier pour la grâce de guérison de Dieu. Chaque jour, le jeune garçon, déchiré par la douleur et incapable de bouger, renforçait sa promesse de chanter le gospel pour le reste de sa vie en échange de sa vie. C'était un appel puissant qui s'est rapidement étendu à la communauté. Bientôt, des gens de partout en Alberta ont prié pour son rétablissement. Six mois plus tard, le patient a quitté l'hôpital avec des béquilles et six semaines plus tard, le garçon qui, selon les médecins, ne marcherait jamais sans aide, a abandonné ses béquilles.

 

Pourtant, la colostomie du jeune de 13 ans ne lui a pas donné la liberté de courir et de jouer au ballon avec les autres enfants. Il y avait toujours des problèmes, toujours des accidents avec la colostomie. Le père sympathique du garçon l’a accueilli pour un examen dans l’espoir que le médecin pourrait lui offrir la vie sans colostomie. La chirurgie, a déclaré le médecin, était presque certaine d'échouer à fournir au garçon toute forme de maîtrise de soi. Tout le chemin du retour à la ferme, le garçon a pensé à la façon dont sa foi en Dieu avait prouvé le pronostic des médecins une fois auparavant. Avec sa promesse de chanter en place, il était certain que Dieu le guiderait à travers ce dernier voyage vers la pleine santé. Après avoir discuté avec ses parents, ils ont accepté de le laisser subir une sixième intervention chirurgicale visant à éliminer la colostomie. Quand il s'est réveillé et a découvert qu'il portait toujours une colostomie, sa foi n'a pas vacillé. Moins d'un an après la chirurgie reconstructive, il a convaincu ses parents que son petit corps fatigué fonctionnerait tout seul s'ils lui permettaient de mettre de côté la colostomie. En conséquence, dans les deux ans suivant le terrible accident qui, selon la plupart, lui coûterait la vie ou le laisserait infirme, le garçon ne marchait pas seulement de ses deux pieds, mais était libre de la colostomie!

 

À l'âge de 18 ans, le jeune homme était plus convaincu que jamais du pouvoir de la prière. Son corps a été guéri. Il était temps de vivre la vie normale que les médecins affirmaient ne jamais avoir et de faire passer la bonne parole. Il savait qu’il ne pouvait pas rester sur la ferme de ses parents. Le médecin lui avait dit que le travail de la paille, du transport du foin et de la traite des vaches était plus que ce que son corps pouvait supporter. À ce jour, croire que son déménagement à Calgary l’a conduit à davantage de bénédictions de Dieu. Un dimanche de 1954, lors d'un service religieux au centre-ville de Calgary, il vit sa future épouse. «Elle était là», dit-il, «jouant du violon et chantant en trio». Lorsqu'ils se sont rencontrés après le service, elle l'a invité à chanter avec elle dans le jardin d'une maison de retraite écossaise. «Nous avons chanté ensemble le jour de notre rencontre», se souvient-il. Maintenant, tenir sa promesse est devenu une affaire de famille. Le couple a sorti son album gospel intitulé Some Day en 1964 et chante ensemble depuis près de 50 ans. Lorsque leurs trois filles - Connie, Bonnie et Dolores - sont arrivées, elles ont été ajoutées au groupe et ont sorti leur premier album en 1978. "Nous avons chanté dans plus de maisons de retraite et de soins infirmiers que n'importe quelle famille que je connais", dit-il.

 

En 1954, lorsque l’argent s’est épuisé pour fréquenter le Berean Bible College de Calgary, ce même jeune homme a accepté un emploi dans la vente dans un magasin de chaussures, ce qui a mené à une carrière dans l’assurance-vie. Un client a été tellement impressionné par son sens des ventes qu'il l'a invité à se joindre à son entreprise. Le jeune homme a travaillé pour l'Empire Vie pendant 40 ans. Pendant cette période, il a non seulement poursuivi une carrière normale, mais s'est distingué en remportant le Prix national de la qualité pendant 32 années consécutives et en devenant membre à vie à la Table ronde d'un million de dollars. Il a continué à tenir sa promesse en utilisant ses voyages d'affaires pour chanter quand et où il le pouvait.

 

Comme vous l'avez peut-être deviné, ce garçon qui a été laissé pour mort par un chauffeur de fuite en 1946 est l'homme du nom de Fred Fleck que vous voyez devant vous aujourd'hui. L'enfant brisé est devenu un homme à part entière avec une vie en bonne santé, une famille aimante, un succès commercial modeste et maintenant des petits-enfants. Mais de loin, la partie de sa vie dont il est le plus fier est l'accomplissement de sa promesse au Seigneur. Avant et après sa retraite, il a eu de nombreuses occasions de chanter les louanges du Seigneur et de partager son histoire. Il a chanté pour le maire de Liverpool, le président coréen et le général de l'armée israélienne à côté de la mer de Galilée et lors d'un match de pré-saison des Blue Jay en Floride. En fait, Fred voyage beaucoup au Canada et aux États-Unis pour répondre à jusqu'à 100 demandes par année, y compris des séjours en tant que Père Noël chantant. Le produit de ses concerts est utilisé pour acheter des Bibles à expédier à l'ex-Union soviétique.

 

«Chaque jour, je remercie mon Seigneur et Sauveur d'avoir épargné ma vie et du don de la chanson», dit Fred. "Il m'a donné ce verset de Romains 8:38 et 39 il y a de nombreuses années que je chante depuis 40 ans."

 

POUR JE SUIS PERSUADÉ

 

Car je suis persuadé que ni la mort, ni la vie, ni les principautés, ni les anges, ni les pouvoirs, ni les choses présentes, ni les choses à venir, ni les hauteurs, ni les profondeurs, ni aucune autre créature ne pourront nous séparer de l'amour de Dieu, qui est en Christ Jésus mon Seigneur et qui est l'espérance du chrétien.

 

Si vous souhaitez plus d’informations sur l’histoire ou la musique de Fred Fleck ou si vous souhaitez demander une comparution, appelez le 1-800-547-2881 ou écrivez à l’adresse ci-dessous:

 

Fred & Muriel Fleck

339 Rocky Ridge Dr. NW

Calgary, Alberta Canada

T3G 4X3

 

 

RETOURNER

 

Tous les droits sont réservés Association des Hommes d'Affaires Du Plein Évangile au Canada © 2015-2021